Séisme Nepal – Appel l’aide

Dès le lendemain du séisme, Laurent était à pied d’oeuvre pour aider sa famille, ses employés et certains villages. Etant une petite structure, je ne peux pas et n’ai pas le temps de diffuser des bulletins d’informations régulièrement. Voici cependant un message envoyé le 22 mai :

Merci de l’attention que vous portez au Népal. Etant un petit peu moins débordé et étant donné la situation, je lance ici un appel au don car le Népal en en grand besoin pour sa reconstruction et que l’aide apportée pour l’instant est nettement insuffisante. Voici la situation :

Ca va un peu mieux. Les répliques, même ‘il y en a tous les jours s’espacent un peu et c’est un peu moins stressant.

L’aide avance, mais doucement. C’est vraiment difficile pour les villages isolés, à plusieurs jours de marche du dernier accès routier. Ils ont reçu un peu d’aide (certains villages n’ont encore rien vu depuis 25 jours…), mais c’est insuffisant, en particulier pour les abris temporaires.

photos village séisme

Pendant ce temps là, les politiciens ne font pas grands choses et lorgnent sur le pactole de l’aide financière internationale qui s’annonce aussi insuffisante.

Les grosses ong sont présentent et travaillent, mais ne se concertent pas beaucoup entre elles pour être encore plus efficaces. Je ne connaissais pas ce milieu, mais ce n’’est pas tout rose… Il y a une vraie compétition entre elles.

A mon sens, ce sont les initiatives népalaises qui ont le plus d’impact. Une bonne partie de la jeune population font preuve de beaucoup de courage et de solidarité.

La mousson va bientôt arriver et son lot de catastrophes sera pire cette année. Il reste environ 40 jours avant le début de la mousson. Il faut faire un maximum de choses d’ici là… J’essaye de supporter différents cas :

 – ma belle soeur (veuve, 4 enfants, et très faible salaire) qui doit détruire et reconstruire sa maison

 – un village du Manaslu : Laprak. Je mets en lien différents acteurs : Association française Humanlaya, les villageois, des ong sur place (ESF, MSF). Le village (environ 4000 habitants) est quasiment condamné et il va falloir leur trouver une autre place car des glissements de terrain et la mousson menacent d’emporter ce qui reste du village

 – Un guide de l’agence (Kiran, marié et un bébé de 3 mois) qui a perdu énormément. Il n’a plus aucun bien matériel et financier et 9 membres de sa famille proche sont décédés.

 – une asso française qui soutient la scolarité d’environ 70 enfants, à Kathmandu, dont il faut désormais assumer le suivi

earthbag houses (2) – Un architecte, Nripal Adhikari et son organisation Abari. Spécialistes de maisons en bamboo et en terre, parasismique. Très actifs ici, beaucoup d’aide efficace apportée, et surtout très important pour la reconstruction du Népal, dans les villages (reconstruction d’écoles, postes sanitaires, habitations), avec une réelle vision pour le futur et à un coût raisonnable pour les plus démunis . Et dans le même esprit, un autre mode de construction avec des sacs en terre (earthbag house)

earthbag houses

 – Et ici, je suis toujours le relais de Karya (enfants victimes de trafic). Ils ont saufs et leurs familles de l’ouest népalais n’ont pas été touchés. Ils sont bénévoles et apportent leur aide dans les villages. En France Karya a aussi lancé un appel aux dons. L’argent servira à la reconstruction ou à qques actions d’urgence quand nécessaire (ici j’avance l’argent pour les situations d’urgence).

La seule chose que vous puissiez faire est de nous aider via vos pensées ou via un don financier. Pour l’instant, les dons matériels sont ingérables pour moi car trop compliqués et trop couteux à envoyer. Je récolte de l’argent sur mon compte bancaire français pour mutualiser. Des amis et de la famille organisent des ”récoltes”.

Vous pouvez aussi passez par les associations Karya et Humanlaya qui ont des sites internet (et vos dons sont déductibles d’impôt). Nous travaillerons ensemble de toute façon comme vous pouvez le vérifier sur les sites qui diffusent des bulletins d’infos sur les actions menées.

Je suis donc toujours sur place et rentre en France à la fin du mois de juin pour être auprès de ma femme avec la naissance de notre deuxième enfant prévu pour mi juillet. Je serai de retour au Népal fin septembre normalement pour pouvoir suivre tous les projets qui seront mis en stand-by à cause de la mousson et pour accueillir quelques clients.

Il reste de belles choses à voir tout de même et le Népal aura besoin du tourisme pour se reconstruire. N’ayez pas peur de revenir ! ! 

Merci de votre attention et de votre soutien. Vraiment. Et si possible, essayez d’en parler autour de vous

Sincèrement. Laurent