Trek Makalu base camp

  • Mis à jour le Nov 18, 2021
  • Laurent
  • 290 Vues

Sommaire

Trek Camp de base du Makalu

21 Octobre au 04 Novembre 2021

Cette région est encore très peu fréquentée, car assez éloignée de Kathmandu, à l’Est du Népal. Auparavant exclusivement accessible aux campeurs, il y a désormais des petites Guest House le long du chemin, jusqu’au camp de base du Makalu (5ème plus haut sommet du monde à 8485m). Le confort et le choix de la nourriture ne sont pas encore de toute première catégorie… Mais cela fait partie de l’aventure et du charme de ce type d’itinéraire !

Peu de mes amis guides connaissent cette région. J’emmène donc Pemba Sherpa, qui travaille avec moi depuis 12 ans. Cela lui permettra de découvrir et d’être à même de guider les prochains voyageurs

 

J01 De Kathmandu à Khandbari

Après 2 heures de retard, on embarque pour 35 minutes de vol avec une superbe vue sur l’Himalaya népalais (Langtang, Dorje Lakpa, Ganesh Himal, Everest, Makalu, Kanchenjunga…). Arrivée au tout petit aéroport et on prend un auto rickshaw pour Khandbari. 25 minutes de trajet pour ce gros bourg très animé. On fait confiance au chauffeur qui nous indique un petit hôtel familial, récent et propre.

Nous n’avions prévu de dormir à Khandbari, mais avec la période de fête religieuse, il nous est trop difficile de trouver une jeep pour continuer plus loin.

J02 De Khandbari à Seduwa (1600m). 6km ; 3h de marche ; -300m + 800m

Comme partout au Népal, le réseau de route et de piste s’étend très rapidement. Pas d’exception ici et nous empruntons une nouvelle piste, probablement la plus inconfortable que je n’ai jamais empruntée, mais qui possède un avantage par rapport à beaucoup : Pas de portions dangereuses ou de ravins. 6 heures de trajet pour 45 Km.

On se fait déposer un peu après Num, à Chanbla Kharka et entamons notre trek par une grosse descente pour traverser la riviere Arun avant de remonter pour Seduwa. Il fait très chaud. Climat sub-tropical. Forêt dense, fougères, bambous, bananes, cardamome et terrasses où pousse le millet.

A Seduwa, nous passons par le bureau du parc national et je paye mon permis de trek.

Lodge familial, chez l’habitant dont le fils est un guide local que nous rencontrerons en chemin.

 

J03 De Seduwa à Tashigaon (2200m). 9km ; 4h de marche ; +600m

C’est varié et très vert : A travers les collines, nous traversons de nombreux petits hameaux, ruisseaux, forets, cascades, chemins en crête. Nous prenons le temps de discuter avec de nombreux népalais qui ont le temps et sont curieux de parler du beau temps et … de la pluie sous laquelle nous marchons. Un vrai crachin breton qui nous trempe les os toute la journée et qui attire les petites sangsues. On constate que mon sang doit être plus apetissant que celui de Pemba. Pas de chance !

J04 de Tashigaon à Khongma Danda (3600m). 5h de marche ; -100m + 1600m

La matinée est à peu près dégagée. Via le chemin empierré et avec énormément d’escaliers, nous montons progressivement à travers les forêts de rhododendrons. Nous croisons quelques bergers avec leurs troupeaux de chèvres. Nous profitons de la danse des nuages, du concert du chant des cigales et des oiseaux et des couleurs d’automne. On respire à fond ! La pluie refait son apparition juste après le déjeuner qu’on a pris à Danda Kharka, à mi-chemin. Nous croisons les premiers groupes de népalais qui s’agglutinent autour du maigre feu pour sécher leurs affaires.

Le diner du soir est quelque peu amélioré grâce à des champignons très parfumés. Mmmm.

J05 de Khongma Danda à Dobate (3900m). 8 km ; 5h de marche ; -400m +700m

Départ à 7h30. Il ne pleut pas. C’est déjà ca ! Au menu du jour : 2 cols autour de 4150m.

2h pour atteindre le premier col qui possède une petite tour pour apprécier le point vue. Pas la peine d’monter malheureusement. 1h de plus pour arriver à Sano Pokhari (petit lac), puis encore 30 mn pour Thulo Pokkhari (grand lac) ou nous arrivons juste à temps dans une cabane de berger pour nous mettre à l’abri d’une belle giboulée de grésil. OUF.

Le chemin est toujours empierré avec beaucoup de portions d’escaliers. Nous profitions d’une accalmie pour franchir le dernier col avant de vite redescendre vers le lodge du soir, à Dobate. Là encore, 2 minutes après notre arrivée, la pluie, puis la neige s’installent pour la soirée.

Pas de touristes ici (seulement 3 allemands), mais de plus en plus de népalais qui profitent de leurs vacances annuelles. C’est la première fois que les locaux voient autant de touristes népalais. Il faut dire qu’un peu plus loin, une campagne de promotion a récemment été faite pour visiter des grottes, transformer en lieu de pèlerinage. Les lodges ne sont pas tout à fait prêt à accueillir autant de monde.

J06 De Dobate à Yangle Kharka (3700m). 4h15 de marche ; -600m +400m

Apres un petit déjeuner léger (rien d’autre que du porridge) nous entamons une descente assez raide en foret pour rejoindre la rivière Barun qui descend du glacier et qui ramène de la fraicheur. La météo est belle jusqu’à 10h30 et je sors même la crème solaire ! ! Puis nous surplombons la Barun et progressons difficilement pendant 1h à travers une grande zone d’éboulements, jusqu’à Pemathang et sa zone de pâturage pour les yaks. C’est aussi une zone propice pour les jolis et rares pandas roux. Nous arrivons à Yangle Kharka pour le déjeuner qui est servi en même temps que la pluie.

Ce soir nous sommes avec de nombreux népalais. Le lodge est plein à craquer. Les jeunes font la fête et sont peu soucieux du bien-être des autres. J’ai du mal (et ne suis pas à l’aise) à faire respecter le minimum, à savoir ne pas fumer dans la salle à manger. Sinon, ils sont en roue libre : musique, cannabis, alcool local. La fête va durer un bout de temps. Demain ils monteront aux grottes pour leur pèlerinage. Pour ma part, je n’irai pas. Depuis le lieu, la vue doit être superbe, mais après avoir vue des vidéos et demander aux locaux je me rends compte que l’accès est super dangereux. Très glissant, à flanc de colline et, par endroits avec des chaines fixes de fortune. En plus il neige…. J’ai bien peur que si rien n’est fait dans le futur, ce lieu ne fasse la Une des journaux pour de tristes raisons.

J07 De Yangle Kharka à Langmale (4400m). 8km ; 4h de marche ; + 800m

Nous partons tôt le matin afin d’être arrivée avant que la pluie ou la neige ne commence à tomber. Nous commençons à prendre les bonnes habitudes, à l’inverse des népalais pour qui c’est plus difficile de se lever, et qui terminent souvent leurs journées avec la cape de pluie sur le dos.

Montée progressive à travers les forêts de pins et de rhodo. Après 2h et le village de Tadosa, la végétation change et se raréfie. Nous entrons dans la partie Haute Montagne qu’un troupeau de 250 yaks occupe… C’est bon signe pour les prochains repas qui devraient être un peu plus caloriques ! Les nuages arrivent, mais on devine que l’univers est superbe avec de grandes parois rocheuses et des cascades qui dévalent de partout.

Nous arrivons et commandons donc un dal bhat ’’amélioré’’ à la viande yak et bien sûr, il est servi en même temps que l’arrivée de la neige ! La petite famille Sherpa qui gère le lodge est admirable et très accueillante.

Le mauvais temps depuis plusieurs jours ne nous permet de recharger nos batteries (mobile, appareil photo) dans les lodges car l’électricité n’est produite que via des petits panneaux solaires. On modère nos prises et on protège nos appareils du froid autant que possible.

J08 De Langmale à Sershong (4650m) – Tadosa (4000m). 11km ; 6h30 de marche +250m -700m

…. SURPRISE ce matin. Ouahhhh, quelle météo superbe et exceptionnelle : Soleil, neige fraiche, aucun nuages et sommets complètements dégagés ! Comme il y a beaucoup de monde qui souhaite profiter de cette meteo pour aller plus haut, le fils Sherpa décide d’ouvrir le lodge du camp de base (qui était fermé jusqu’à maintenant) et accepte d’ouvrir le chemin dans la neige pour tout le monde.

Comme les népalais sont toujours en retard et que je souhaite profiter de ce beau temps, nous n’attendons pas et partons de bonne heure. Le chemin n’est pas difficile et la neige pas trop profonde, 30-40 cm.

Nous arrivons à Sershong après 3h de marche. Il reste 2h pour le camp de base. Mais la vue est superbe sur le Makalu et les autres sommets satellites. Séance photos. Puis quelques nuages commencent à arriver sur le Makalu alors que les népalais ne nous ont pas encore rejoint. Je n’ai pas envie de passer une autre nuit à faire la police et après une aussi belle matinée, j’apprécierai (et Pemba aussi) de trouver du calme. On finit notre stock de fruits sec et on décide donc de redescendre. Plus tard nous apprendrons que la vue depuis le camp de base est très similaire à celle de Serchong : Vraiment aucun regret de ne pas avoir été plus haut.
Nous redescendons donc manger un plat de pates à Langmale avant de continuer pour Tadosa et le petit logement chez l’habitant que nous avions repéré à la montée. Ça se couvre à nouveau dans l’après-midi, mais nous avons vraiment eu de la chance d’avoir beau la seule matinée où il le fallait !/>

 

J09 De Tadosa à Dobate (3900m). 6h de marche ; +600m -700m

Matinée identique à la précédente. C’est superbe et on en profite avec de très nombreuses pauses qui nous font oublier nos chaussettes et chaussures gelées. Même Pemba, coutumier de la région de l’Everest, s’exclame souvent : ‘’ Ouahhh qu’est-ce que c’est beau le Népal quand même ! ’’

Après une soupe de nouilles chinoises que j’ai de plus en plus de mal à avaler (overdose), nous retraversons la zone d’éboulements que je trouve plus pénible à traverser. Il faut vraiment faire attention où poser les pieds. Et nous attaquons la montée raide d’escaliers de pierres, en forêt, pour rejoindre Dobato. Ouch belle montée !/>

 

J10 De Dobate à Danda Kharka (2900m). 6h30 de marche -1400m +400m

Départ à 07h00.Nous espérons avoir beau temps pour profiter des larges panoramas qui nous attendent et que nous avions manqué à l’aller. Le matin est dégagé et froid. Nous montons rapidement les 2 premiers cols, mais malheureusement les nuages nous rattrapent vite pour nous envelopper.

Une fusée nous dépasse vers 10h00 : Un porteur népalais a déjà fait le double de ce qu’on a effectué ! Il semble flotter sur le chemin… On lui passe une commande en mode ‘’click & collect’’ pour que le prochain lodge sur le chemin nous prépare un dal bhat pour le déjeuner. Quand nous arrivons à 12h00, tout est prêt. Et pour accompagner le riz, nous avons un excellent ragout de viande de yak et de champignons frais.
Nous continuons notre descente vers Danda Kharka et le petit lodge familial tenu par une jeune sherpani, seule avec 3 jeunes enfants, très actifs. Son mari travaille pour les expéditions et est parti de la maison depuis 9 mois.

On retrouve notre fusée, qui du coup va beaucoup moins vite… Le carburant de l’après-midi semble être totalement différent de celui du matin. Il ne flotte plus, et n’est plus aussi majestueux… il zigzague !

La soirée est égayée par les danses et les pitreries des enfants. On reste auprès du feu. On mange… Moments agréables et ambiance particulière qu’on ne ressent qu’en montagne./>

 

J11 De Danda Kharka à Seduwa (1600m). 6h de marche ; 13 km ; -1400m +100m

Comme il ne pleut pas comme à l’aller, nous prenons notre temps. Il y a vraiment beaucoup de vie dans cette partie du trek. Beaucoup de petits hameaux. C’est l’époque des récoltes et il y a beaucoup de monde dans les champs. Mais les gens sont adorables et prennent le temps de discuter. On se fait inviter par un bonhomme bien sympathique à prendre le thé et manger des concombres. Entre les villages, nous replongeons dans les forêts exubérantes et une cheville commence à moyennement apprécier la succession des escaliers de pierre./>

 

J12 De Seduwa à Num (1500m). 4h de marche ; 8 km ; -800m +700m

Cette dernière journée est courte mais concentrée : Descente raide pour traverser la rivière Arun et remontée aussi raide pour Num via les escaliers de pierres. Nous sommes à basse altitude et il fait chaud, que ce soit en forêt ou à travers les cultures en terrasses. A Num, nous choisissons une petite Guest House établie depuis longtemps afin d’établir un bon contact pour les prochains voyages (emploi de porteurs locaux, informations à jour, état de la piste…).

Et puis la perspective d’une douche chaude après un trek aussi ‘’ humide’’ est assez engageante… Elle sera à la hauteur de mes attentes !/>

 

J 13 – J14 De Num à Khandbari – Tumlingtar – Vol pour Kathmandu.

Trouver une jeep est encore difficile pour faire le trajet Num-Khandbari. Ce sont toujours les fêtes et pas beaucoup de véhicules disponibles. Et en plus, il faut négocier âprement. Nous aurons plus de chance qu’à l’aller et le retour se passe sans encombre. La toux qui a commencé il y a 4 jours commence à bien me gêner… J’en suis quitte pour un gros rhume qui va me mettre à plat plusieurs jours. Gingembre, citron, miel et huiles essentielles sont au menu.

                     

Envoyez une demande